Perrine

Dépasser ses limites en Argentine

Je suis partie en Argentine en lycée international en 2015-16 et cette année a changé ma vie !

Je suis partie en Argentine en lycée international en 2015-16 et cette année a changé ma vie !
YFU France:

Pourquoi as-tu choisi de partir en Argentine ?

Perrine:

Je voulais apprendre l'anglais. YFU m'a proposé de partir dans un pays en Amérique latine, dans une école bilingue anglais/espagnol pour apprendre ces deux langues. J'avais le choix entre Chili, Mexique et Argentine. J'ai choisi l'Argentine car c'était le pays que je connaissais le moins et j'avais envie d'en savoir plus !

  • Mon Uniforme
    Mon Uniforme
  • Bienvenida
    Bienvenida
  • Tenues typiques avec ma mère d'accueil
    Tenues typiques avec ma mère d'accueil
  • Paysage
    Paysage
  • Paysage
    Paysage
  • Feria
    Feria
  • Paysage
    Paysage
  • Paysage
    Paysage
  • Comida
    Comida
YFU France:

Comment te sentais-tu à l’idée de partir une année dans ce pays ?

Perrine:

Les quelques mois avant mon départ, j'avais de plus en plus hâte à l'idée de partir. Je ne pensais qu'à ça !

YFU France:

Avant de partir tu avais-déjà quelques connaissances en espagnol, l’intégration de cette langue au quotidien a-t-elle été difficile ?

Perrine:

En arrivant en Argentine je ne savais même pas comment me présenter en espagnol. J'avais pris italien au collège donc je ne connaissais aucun mot en espagnol. Pendant les premiers jours passés à Buenos Aires avec tous les étudiants d'échange et les bénévoles YFU tout le monde parlaient anglais donc ce n'était pas très difficile. Les bénévoles nous apprenaient quelques mots en espagnol. Le premier mot qu'ils nous ont appris est "la merienda" qui veut dire "le goûter", un mot à savoir absolument selon eux.

YFU France:

Peux-tu nous raconter comment était le quotidien au sein de cette famille ?

Perrine:

J'ai mis quelques semaines pour m'adapter au quotidien de ma famille. Le matin ma mère nous amenait, ma soeur et moi, pour 7h45 à l'école. Il ne fallait pas louper le levé du drapeau tous les matins dans la cour de l'école. Ensuite, nous avons cours jusqu'à midi. Tout le monde rentre chez lui le midi pour manger et faire la sieste. Les cours reprennent à 13h30 et finissent soit à 17h soit à 18h. Les horaires sont très variables d'une école à l'autre. Certains élèves dans des écoles publiques n'ont pas cours le matin, ou pas l'après-midi. Dans cette école bilingue les journées sont très chargées mais il n'y pas beaucoup de devoirs le soir donc ça laisse le temps pour faire des activités. En rentrant le soir, je me reposais avant de partir à mes cours de tango ou à la piscine. J'ai aussi essayé le volley et le handball, l'idée était de faire du sport pour rencontrer des gens et me faire des amis. Je profitais de ces moments aussi pour me défouler et décompresser. Les journées sont longues en Argentine, après le sport je rentrais vers 22h et mangeais avec ma famille. Le week-end j'allais à des cours de théâtre avec mon père d'accueil, Alejandro le samedi matin. Ensuite nous partions dans leur cabane à la campagne ou nous restions à la maison et je sortais avec des amis.

YFU France:

Parle-nous de la vie scolaire en Argentine, quels en sont les points positifs et/ou négatifs selon toi ?

Perrine:

Le climat en Terre de feu est très rude. Il fait très froid et il y a beaucoup de vent. A cause de cela, tous les élèves passent leurs recrées à l'intérieur, on ne peut pas sortir dehors. Ca peut être difficile au début car en France, on est libre de sortir. Mais je ne regrette pas d'être partie à cet endroit car les couchers de soleil sont à couper le souffle et on apprend à apprécier encore plus chaque jour de soleil. Dans les salles de cours, les élèves peuvent avoir leurs téléphones, manger, boire, discuter. C'est moins strict qu'en France et j'ai adoré car je pouvais parler avec tous le monde à la fin. Un autre point positif c'est que l'école est toute petite, bien que celle où j'étais soit la plus grande de la ville. Donc tous les élèves se connaissent, c'est vraiment agréable.

YFU France:

Le port de l’uniforme est obligatoire là-bas, as-tu réussi facilement à t’y adapter ?

Perrine:

J'ai tout de suite adoré porter mon uniforme. Cela évite de devoir réfléchir à quels habits j'allais porter le lendemain ou si je respectais bien le code vestimentaire argentin ; et c'est aussi un super souvenir qu'on peut ramener dans ses valises.

YFU France:

Quel est ton pire et meilleur souvenir de ton séjour ?

Perrine:

Mon meilleur souvenir est la semaine de camp organisée par YFU Argentine. Tous les étudiants d'échange en Argentine se sont retrouvés à Bariloche pour une semaine extraordinaire. On dormait dans des cabanes à côté d'un lac vers les montagnes. Les journées on faisait des jeux, du canoë, des baignades, des randonnées dans les montagnes, des visites de lieux touristiques et de la ville. On a passé une semaine tous ensemble à partager notre expérience dans notre famille, à écouter les autres parler en espagnol ou dans leur langue natale, à danser, à rigoler et à profiter du soleil et des vacances !

Mon pire souvenir est le moment du départ. Je n'avais pas du tout envie de rentrer. L'idée de devoir tout laisser, quitter ma famille et mes amis me déchirait. C'est l'aspect négatif quand une année d'échange se déroule très bien. Lorsqu'il faut rentrer le cœur n'y est pas et on passe de longues heures à pleurer dans l'avion. Heureusement que je peux rester en contact avec ma vie argentine et qu'il me reste des photos

YFU France:

Souhaites-tu retourner en Argentine plus tard pendant les vacances par exemple et revoir ta famille d'accueil?

Perrine:

C'est aussi un point négatif de cette destination. C'est très loin et ce n'est pas facile pour y retourner pendant les vacances. Mais ce n'est pas impossible et alors les retrouvailles seront encore plus belles.

YFU France:

Si tu avais un ou une ami(e) qui voulait partir en Argentine avec le programme bilingue d’YFU, quels conseils lui donnerais-tu ?

Perrine:

Pour réussir au mieux son année d'échange, je pense que le mieux c'est de se donner les moyens de dépasser ses limites. Ce n'est pas simple tous les jours, il faut sortir de sa zone de confort, c'est très fatiguant. Mais tout dépend de la volonté, il faut en avoir envie car quand on est étudiant d'échange, tout est possible ! Le mieux est de se lancer sans avoir peur de faire des erreurs et aussi communiquer. Le conseil que m'avait donné la bénévole de YFU est : observe, écoute et aime. Il faut essayer de partir positif et aimer ce qu'on voit et qui on rencontre même si c'est différent.

Partager