Henri

Henri au Danemark

Partir un semestre en Europe

Henri a passé 6 mois au Danemark avec YFU
YFU France:

Bonjour Henri, alors le Danemark en un mot ça donne quoi?

Henri:

surprenant. J'ai tout de suite été surpris par ce pays, et surtout sur le fait que ce pays très proche de la France et que malgré ça il y a énormément de différence culturelle. Vraiment ce pays et vraiment incroyable et surprenant.

  • Amis de YFU.
    Amis de YFU.
  • J'ai fais ce montage avec les gens de ma première classe quand je suis parti pour une autre classe.
    J'ai fais ce montage avec les gens de ma première classe quand je suis parti pour une autre classe.
  • Avec les trois première étudiant d'échange que j'ai rencontré quand je suis arriver au Danemark, elle sont arriver en même temps que moi en janvier.
    Avec les trois première étudiant d'échange que j'ai rencontré quand je suis arriver au Danemark, elle sont arriver en même temps que moi en janvier.
  • Avec mes frères et ma sœur d’accueil.
    Avec mes frères et ma sœur d’accueil.
  • Mes deux premiers amis du Danemark également arriver en janvier avec moi.
    Mes deux premiers amis du Danemark également arriver en janvier avec moi.
  • Ma maison
    Ma maison
  • Ma mère d'accueil et moi
    Ma mère d'accueil et moi
YFU France:

Que t'a apporté cette expérience?

Henri:

Cette expérience m'a tout d'abord apporté l’apprentissage de la langue, puis l'apprentissage de la culture. C'est un pays qui est magnifique malgré le peu de paysage. La gentillesse des gens, leur façon de penser, leur façon de vivre. Je ne pense plus de la même façon depuis ce voyage en grande partie grâce aux gens que j'ai rencontré là-bas. Maintenant, je sais où je vais.

YFU France:

Où étais-tu placé? Parles-nous de ta famille:

Henri:

J'habitais dans la plus grande région du Danemark : le Jutland (Jylland en danois), dans une petite ville nommée Odder, proche de Aarhus. Nous étions 6 : Jeppe (mon père), Birgitte (ma mère), Petra (ma grande sœur), Laurits (mon grand frère), Anton (mon petit frère) et moi-même. J'ai été accueilli très chaleureusement avec d'excellentes pizzas faites maison, un bon point dès le début de mon séjour ! Il m'ont beaucoup aidé dans mon apprentissage du danois, ont toujours été là même dans le mauvais moment et c'est pour cette raison que je les considère aujourd'hui comme ma deuxième famille.

YFU France:

Racontes-nous une journée type au lycée!

Henri:

Le système éducatif danois et très différent de la France : pour commencer, les journées sont beaucoup plus courtes et le parcours scolaire est beaucoup plus collectif. Ainsi, il est beaucoup plus facile de se faire des amis et il y a rarement des problèmes entre adolescents car ils sont toujours ensemble et unis depuis le début de leur scolarité, et toujours encadrés par les professeurs, ce qui donne une très bonne ambiance de classe. Également, les cours sont différents de la France car il y a beaucoup moins d'heures sur des matières comme mathématique ou l'équivalent du français chez nous. J'ai souvenir que mes professeurs nous parlaient plus de politique que de simple cours de danois, et il y avait plus de pratique que de leçon dans certaines matières, avec un accompagnement très soutenu de la part des professeurs

YFU France:

Quel est ton pire et on meilleur souvenir?

Henri:

Mon pire souvenir est quelque chose de trop personnel. Néanmoins, il m'est arrivé quelque chose de gênant. Ma sœur d'accueil m'a proposé de faire un cours de musculation. J'ai évidemment accepté car je voulais, dans le but de m'intégrer, accepter le plus de chose possible à faire au Danemark. Sauf qu'en arrivant, je me suis rendu compte que ce cours de musculation était réservé aux femmes soit en perte de poids, soit qui veulent faire attention à leur ligne. Ainsi, j'étais le seul homme parmi une trentaine de femme me regardant et parlant danois (au tout début de mon séjour lorsque je ne ne comprenais pas un mot de danois).
Mon meilleur souvenir (choisi parmi beaucoup) remonte à mon dernier jour au Danemark. Un peu triste mais qui restera toujours dans mon cœur. Le jour où mes parents d'accueil m'ont dit au revoir, j'ai ressenti tellement d'émotion, et j'ai compris ce jour là qu'ils ont toujours été là pour moi. Aujourd'hui encore je pense à ce jour comme le jour le plus important et le plus marquant de mon voyage.

YFU France:

Pourquoi conseillerais-tu le Danemark comme destination pour un lycéen?

Henri:

Le Danemark est un pays que vous ne pouvez que aimer si vous êtes indépendant et que vous aimez vous battre pour obtenir quelque chose. Bien que les danois sont un peu fermés à l'étranger ils sont très ouverts quand vous avez besoins d'eux. La façon de penser des habitants de ce pays va forcement changer votre façon d'être puisque pour ma part, j'ai beaucoup plus de perspective et de recul qu'avant. Un seul conseil : il faut toujours essayer, apprendre de ses erreurs et les accepter.

YFU France:

Comment se passe ton retour en France?

Henri:

Pour le moment, je dirai que ça va, même si c'est un peu compliqué de temps en temps, malgré ça j'ai plusieurs projets dont un qui et de repartir à l'étranger du coup je me dis que ça ira avec le temps.

YFU France:

Qu'est-ce que cette expérience t'a apportée?

Henri:

réponse de la question deux finalement ;)

YFU France:

Quels conseils donnerais-tu aux jeunes qui hésitent à partir à l'étranger au lycée?

Henri:

C’est une chance unique, qu'il faut prendre, c’est un voyage qui personnellement m'a changer la vie, finalement avec le recul, le choc culturel et la barrière de langue n’est pas si difficile. Vous avez entre vos main la possibilité de vivre une expérience incroyable. Vous n'avez rien a perdre juste à gagner.

YFU France:

Une petite anecdote pour finir?

Henri:

Je jouais avec un ami aux cartes et le perdant devais manger un piment juste avant que le prof arrive dans la classe, hélas ,j'ai perdu et j'ai mangé le piment sauf que je suis un peu sensible au piment et épice , j'ai pleuré pendant 20 minutes et mon prof s'est beaucoup inquiété pour moi avant que je lui explique, il a trouvé ça très drôle.

Partager