Au pays de Mozart
Round large 470196 3241529165981 646185932 o
Madeleine

Au pays de Mozart

En 2011, Madeleine partait pour l'Autriche

Madeleine a pris part à un programme YFU et a choisi l'Autriche comme destination
YFU France:

1. Pour commencer, rappelle nous ton prénom pour les lecteurs !

Madeleine:

Je m'appelle Madeleine.

Photo prise durant l'ouverture de mon bal.
YFU France:

2. Dans quel pays es-tu partie?

Madeleine:

Je suis partie en Autriche.

YFU France:

3. Combien de temps a duré ton séjour ?

Madeleine:

Mon séjour a duré 10 mois.

YFU France:

4. Qu'est ce qui t'a poussée à partir à l'étranger ?

Madeleine:

Mon frère et ma soeur ainés sont tous les deux partis un an à l'étranger ce qui m'a donné envie. De plus j'ai aussi eu beaucoup de soeurs d'accueil grâce à YFU, ce qui m'a aussi beaucoup aidé dans ma décision. Après être resté deux mois en Australie, j'ai réellement regretté de ne pas pouvoir rester plus longtemps et j'ai décidé de partir un an à mon retour.

YFU France:

5. En arrivant en Autriche, quelles ont été tes premières impressions ?

Madeleine:

Ma première impression a été de trouver que tout semblaient plus petit, à échelle plus humaine. Quand j'étais à Vienne, j'avais l'impression d'être dans un village avec les avantages d'une capitale. J'ai aussi été surprise par l'architecture des maisons : elles sont majoritairement collé avec le jardin à l'arrière !

YFU France:

6. Parle nous du système scolaire Autrichien !

Madeleine:

Lorsque j'étais en Autriche il n'existait pas encore de bac centralisé ce qui fait que chaque système était un peu différent. Pour ma part, je finissais tous les jours à 13h, sauf un jour où j'avais sport et art (on a la possibilité de choisir entre art et musique) et un autre jour où j'avais option anglais. Finir à 17h était une grosse journée ! Je mangeais donc presque tous les jours dans ma famille d'accueil et il n'y a donc pas de "self" dans les lycées mais des petits "buffets". Quant aux matières, elles ressemblent beaucoup à celles de France : mathématiques, anglais, allemand... Ils ont aussi des classes qui s'apparentent aux sections S, L que l'on a en France. Avec la particularité qu'ils commencent à étudier de la psychologie en classe de première, ce qui était très intéressant !
Les professeurs sont traités avec beaucoup de respect, j'ai trouvé ça très drôle quand mes camarades de classes ont appelés mes prof "Monsieur le professeur".
Une autre particularité était que nous devions enlever nos chaussures en entrant dans le lycée et porter des chaussons ou des chaussures d'intérieur !

YFU France:

7. Et ta famille d'accueil autrichienne ?

Madeleine:

Ma famille d'accueil vivait dans une ferme maraichère bio à quelques km de Vienne. Ils étaient très typiques de la famille traditionnelle autrichienne avec un mode de vie très familiale : presque toute la famille vivait sur la même ferme. Nous avions donc des modes de vie très différents mais malgré cela j'ai appris a accepter des idées auxquels j'étais autrefois très opposée. Je pense que cette même démarche s'est aussi produite dans ma famille d'accueil. Toutefois, en dépit de toutes nos différences j'ai réussi à m'entendre et partager de bons moments avec mes soeurs d'accueil.

YFU France:

8. Quels ont été tes pires et meilleurs souvenirs ?

Madeleine:

Mon bal fût à la fois mon pire et mon meilleure souvenir. En Autriche, il y a un bal annuel, généralement pour ceux qui passent le bac mais aussi pour les premières. Durant ce bal, on devait faire l'ouverture en dansant une "polka" puis une valse Viennoise. Les filles portent de longues robes blanches et des gants qui montent au-dessus des coudes et les garçons des costumes. C'est une raison pour laquelle c'était un de mes pires souvenirs : je ne savais absolument danser et encore moins la valse. J'étais naturellement la seule a ne pas savoir faire ! Il a beaucoup de monde qui assiste au bal : c'est très impressionnant. Trouver une longue robe blanche n'est pas non plus très facile : c'était donc assez stressant. Un autre problème était qu'il y avait aussi deux spectacles, il fallait donc créer des costumes. J'ai été très embarrassée de découvrir que j'étais encore une fois la seule à ne pas savoir coudre. Malgré tout, la préparation dure de longs mois et m'a permis de connaître un peu mieux la culture autrichienne, les gens de mon école et l'on s'est beaucoup amusé ! Et surtout, j'en suis plutôt fière maintenant.

YFU France:

9. Un conseil pour les prochains partants ?

Madeleine:

En Autriche les gens sont très réservés et apparaissent très froid, il faut donc oser aller leur parler ! Ils sont très amicaux dés qu'on les abordent. Ils ne sont simplement pas très expansif, mais une fois qu'on les connaît, se sont des amis fidèles. J'ai des amies qui viennent me voir régulièrement même si je suis repartie depuis 2,5 ans. Je pense que c'est d'ailleurs un conseil qui s'applique de partout : oser aller vers les autres est la clé pour une année réussie !

YFU France:

10. Une petite anecdote marquante à nous raconter pour conclure ?

Madeleine:

J'habitais dans un tout petit village, les traditions autrichiennes étaient donc nombreuses ! Un matin, je me suis réveillée pour retrouver un arbre portant mon prénom. Je me suis même demandée si je n'avais pas des visions. Mais c'est en fait les garçons du villages qui mettent un arbre devant la maison des jeunes fille au premier Mai. La tradition étant alors que la jeune fille invite ces jeunes hommes. Lorsqu'ils ont enlevé l'arbre j'ai du m'assoir dessus et on m'a portée.